• Manon Stas

L’intelligence collective au service de la résolution de conflits dans votre entreprise


Travailler en équipe, ce n’est pas forcément inné. Chacun a son vécu, son expérience, sa personnalité et les faire coexister harmonieusement demande du temps, de l’investissement et une approche adéquate. Lorsque cet équilibre n’est pas au rendez-vous, on peut penser à appliquer les principes de l’intelligence collective. En effet, celle-ci propose des outils et des processus avec la volonté de métamorphoser des individualités distinctes en un groupe cohérent, notamment dans le monde de l’entreprise.


Mais qu’est-ce que l’intelligence collective ? Quels sont ses principaux avantages ? Comment mettre ses principes en place auprès des équipes d’une entreprise ? Autant d’interrogations auxquelles Marie-Ange Boisramé, coach et facilitatrice, a souhaité apporter son éclairage.


Quelle définition peut-on apporter au concept d’intelligence collective ?


« L’intelligence collective, ce n’est pas simplement mettre des individus ensemble et faire émerger spontanément une certaine osmose », explique Marie-Ange Boisramé. Pour poser une définition, on peut dire que l’intelligence collective induit un tout plus grand que la somme des parties, c’est-à-dire que l’intelligence d’un groupe devient supérieure à la somme des intelligences individuelles, du fait d’un certain nombre de processus mis en place.


Ce concept se base sur le fait que notre état interne – notre système de pensée, nos émotions, nos croyances… – engendre des actions externes qui impactent notre environnement. Or, dans certains contextes, on attend de nous un comportement adapté et des actions appropriées. En l’absence de ceux-ci, tout particulièrement au sein d’une entreprise, il peut être intéressant de se tourner vers les principes de l’intelligence collective à la recherche d’un meilleur équilibre.



« Les techniques de l’intelligence collective vont poser un œil attentif sur les forces internes qui animent les différents acteurs d’un groupe et les aider à prendre conscience de leur mode d’interaction », explique Marie-Ange Boisramé. En effet, elles rendent visible notre façon de penser, d’agir, d’interagir et la façon dont cela impacte les personnes qui nous entourent. Cela permet de réajuster des postures peu adéquates, de mieux se mettre en lien, pour construire petit à petit un espace de confiance.


Dans cet environnement plus serein, les échanges vont évoluer vers davantage d’écoute, de coopération et de maturité : le cadre idéal pour voir éclore des idées innovantes et une dynamique plus efficace.


Quels résultats attendre de la mise en place des principes d’intelligence collective en entreprise ?


Comme expliqué ci-dessus, les processus de l’intelligence collective viennent bousculer les a priori et encourager chaque acteur à remettre en question sa posture et sa façon d’interagir. Cela va bien entendu avec de nombreux avantages que Marie-Ange Boisramé traduit en une phrase : « Une collaboration efficace contribue à la réussite d’une entreprise ».


Dès lors, de quels résultats peut-on espérer profiter grâce aux principes d’intelligence collective ?

  • Le climat de confiance instauré permet une communication plus fluide, libérée des prises de parole intempestives, des débats stériles, des rapports de forces…

  • Cela laisse davantage d’espace de création et de motivation aux équipes.

  • Cet état d’esprit améliore également les relations interpersonnelles entre les collaborateurs, ce qui renforce la cohésion du groupe.

  • capacité des équipes à dépasser les obstacles, relever des défis et résoudre des problèmes se voit améliorée.

  • L’ensemble de ces facteurs participe à libérer le potentiel de chacun, ce qui améliore la performance globale des équipes et, à terme, accroît le chiffre d’affaires.



En conclusion, on peut observer des collaborateurs plus engagés les uns envers les autres et envers l’entreprise. Leur conscience des forces de chacun, leur capacité à s’adapter et leur épanouissement personnel s’additionnent en faveur d’une dynamique de réussite.


Comment y former ses équipes ?


« Les principes de l’intelligence collective s’apprennent théoriquement, certes, mais ce sont avant tout des processus, des méthodes, des outils qui se vivent, qui se mettent en pratique, pour en comprendre la vocation », explique Marie-Ange Boisramé. L’idéal est donc de privilégier des modèles de formation actifs, comme les workshops, par exemple. Cela nécessite un temps d’apprentissage et d’expérimentation mais, une fois ces processus pérennisés, l’entreprise en bénéficie abondamment.


Et si l’intelligence collective est accessible à tous, certains prérequis sont indispensables à sa bonne mise en action :

  • Un environnement sûr et un espace de confiance pour tous les participants.

  • Une certaine curiosité et un engagement de leur part.

  • Un temps de parole équilibré, ainsi qu’une communication ouverte et respectueuse.

  • La présence d’un facilitateur pour accompagner les changements.


De ce fait, les attitudes attendues permettent de s’adapter et de se repositionner au besoin, pour devenir la meilleure version de soi-même et mieux servir la collectivité. Ces clés, liées aux questions de responsabilité, d’adhésion et d’autonomie, participent à la performance croissante de l’entreprise.


Qu’en est-il de la résolution de conflits ?


Le concept d’intelligence collective intervient d’une manière inédite dans la gestion de conflits. En effet, dans le cas où des tensions ou des désaccords apparaissent, « ceux-ci sont perçus non comme des différends irréconciliables mais comme une source d’apprentissage et une opportunité d’évolution », précise Marie-Ange Boisramé. Cela signale un dysfonctionnement auquel prêter attention, armé des outils reçus durant la formation à l’intelligence collective. La gestion des conflits transforme donc un temps de résistance en une opportunité de croissance.


Pour en savoir plus sur l’intelligence collective et son application en entreprise, n’hésitez pas à contacter Marie-Ange Boisramé.


29 vues0 commentaire